Cascamara et Sweetwaters Ziethen TSF consacrent les cavalières et l’élevage allemands au Lion-d’Angers

Après quelques surprises lors de la visite vétérinaire, dont l’élimination de Moonlight Charmer, la monture de Laura Collett, quatrième du championnat des sept ans, le test de saut d’obstacles, disputé sur la nouvelle piste en sable fibrée, a offert un excellent dénouement au Mondial du Lion-d’Angers. Finalement, les Français ont dû se contenter des accessits, laissant l’Allemagne faire triompher son élevage… et ses cavalières.



Cascamara offre une nouvelle victoire de prestige à Ingrid Klimke

Les meilleurs chevaux de six ans du Vieux Continent ont vécu leur dernier test d’une saison pour le moins spéciale. Le parcours de saut d’obstacles imaginé par Jean-Pierre Cosnuau était parfaitement dosé, de manière à provoquer quelques fautes sans laisser de mauvais souvenirs à ces jeunes pousses. À cet âge-là, la formation continue et nul doute que les candidats en lice ont appris sereinement leur métier. Les faibles écarts hérités du dressage et du cross ont fait que chaque barre et chaque seconde de temps dépassé ont coûté cher.

Karim Laghouag a été le meilleur français avec son superbe Embrun de Réno. Après un dressage pas à la hauteur des capacités du cheval, le couple a réalisé un très beau cross. À l’hippique, une petite faute les a éloignés du podium mais leur a offert une dixième place pleine d’espoir pour l’avenir. Devant lui, le Franco-Belge Cyril Gavrilovic et le vert mais très prometteur Elmundo de Gasco ont réussi un très beau sans-faute qui leur a permis de remonter à la neuvième place, eux qui étaient seulement vingt-cinquièmes après le dressage. Plus haut dans le classement, une seule barre était fatale pour le podium, alors deux… C’est ainsi que tout s’est effondré pour le Britannique Tom McEwen et MHS Brown Jack. Le fils d’Obos Quality est redescendu de la pole position à la sixième place. Cette dure loi du sport n’enlève rien aux espoirs qui peuvent être placés en ce jeune cheval.

À l’inverse, le sans-faute s’est avéré très gratifiant. Ainsi, Leb Empres, un autre fils d’Obos Quality, a rattrapé son mauvais dressage avec le talentueux Irlandais Cathal Daniels, terminant finalement cinquième grâce à un beau sans-faute. Schéma assez similaire pour l’Américaine Tiana Coudray et Cabaret, qui sont passés de la dix-septième place du dressage à la quatrième place finale.

Merel Bloom et Corminta vom Gwick ont assuré le sans-faute quitte à concéder 1,2 point de temps. Cette stratégie a permis à la Néerlandaise de hisser sa pépite à la troisième place. Oliver Townend a vraiment exprimé sa joie face au résultat de son joli gris Cooley Rosalent, qui a remonté les marches du classement à chaque test pour finir vice-champion du monde des six ans. Le Britannique ne s’est incliné que devant Ingrid Klimke, l’Allemande préférée des Français et de tous les afficionados de complet. Avec Cascamara, la souriante et toujours positive allemande a signé un superbe sans-faute qui lui a permis d’obtenir une nouvelle victoire ! La fille de Cascadello II et Taramenga par le pur-sang Templer GL a été époustouflante lors de ce dernier test.



Sweetwaters Ziethen TSF et Sophie Leube étaient incontestables

Sweetwaters Ziethen TSF et Sophie Leube.

© Pauline Chevalier

L’an dernier, le couple avait été relativement discret, terminant cinquième à cause d’une faute à l’hippique, qui l’avait privé d’un podium. Cette année, Sweetwaters Ziethen TSF, magnifique étalon Trakehner par Abendtanz et Zaria, une mère Anglo-Arabe par Campetot née en Allemagne, n’a pas laissé passer sa chance. Avec souplesse et aisance, il s’est déjoué des obstacles et a offert à Sophie Leube une émouvante victoire allemande. Il a devancé le Selle Français Dgin du Pestel*Mili, le fils de Nartago, deuxième sous la selle de Donatien Schauly. Le puissant bai a tout pour assurer un avenir radieux à l’adjudant-chef, qui a échangé sa place avec Nicolas Touzaint et le SF Diabolo Menthe. Le joli gris, issu de Scareface de Mars et Cori van de Helle par César van de Helle, est monté en puissance tout au long de la courte saison 2020. Le talent et le feeling du cavalier angevin ont fait le reste. Même si les amateurs de complet rêvaient d’une nouvelle victoire de “l’Ange”, quinze ans après celle de Tatchou, le sourire de Nicolas Touzaint a donné du baume au cœur à tout le monde et a aussi fait oublier une polémique qui n’avait pas lieu d’être au sujet des JO.

Après avoir eu chaud lors de la seconde visite vétérinaire, Alexander Bragg a exprimé sa joie sur Ardeo Premier, bouclant un beau sans-faute et obtenant une quatrième place. À la cinquième place, il faut saluer la très belle performance de Camille Lejeune et Dame Decœur Tardonne. La fille SF de Lando et Soade Tardonne par Contender n’avait pas produit un test de dressage à la hauteur de ses aptitudes. Passé la déception de sa prestation, hier après-midi, le cavalier de Rouvres a déroulé un magnifique cross qui lui a permis d’effectuer une fantastique remontée. Cet après-midi, le couple a signé un beau sans-faute aux obstacles, accusant seulement 1,2 point de temps et remontant ainsi à la cinquième place! Thomas Carlile espérait un titre avec Darmagnac de Béliard, le champion de France des sept ans, mais c’est finalement avec Spring Thyme de la Rose qu’il s’est classé neuvième, juste devant Karim Laghouag et Don’t Worry de Lameth, la fille de Salomé, appartenant à la fidèle Agnès Célérier. Alors que la mère n’avait malheureusement pas pu terminer ce championnat, sa fille lui a offert une petite revanche malgré une petite barre à terre.

Dgin du Pestel*Mili avec l’adjudant-chef Donatien Schauly. © Pauline Chevalier



Lors des remises des prix, au nom de tous les cavaliers, Merel Bloom et Nicolas Touzaint ont salué unanimement l’organisation sans faille de cette édition si spéciale du Mondial du Lion. Tous deux ont remercié les sponsors et organisateurs pour avoir maintenu ces championnats et assuré une formidable retransmission télévisée, notamment sur GRANDPRIX.tv, qui a permis à beaucoup de passionnés de complet de vivre ce rendez-vous à distance. Pour autant, le public a manqué et tout le monde espère se retrouver à l’Isle-Briand dès octobre 2021!