Deauville de Hus, l’étoile montante du dressage français

Après une saison marquée par de nombreuses victoires, Deauville de Hus a été sacré champion de France des chevaux de dressage de sept ans, dimanche au Pôle Européen du cheval d’Yvré-l’Évêque, sous la selle de Jean-Marc Favereau. Du 9 au 13 décembre, le couple représentera les couleurs de la France aux championnats du monde jeunes chevaux de Verden, en Allemagne. Et selon son cavalier, le fils du célèbre Don Juan de Hus n’a pas fini de briller.



En 2016, Nicole et Jean-Marc Favereau se rendent au haras de Hus, au Petit-Mars en Loire-Atlantique. Ils y font l’acquisition de Deauville de Hus, un poulain de trois ans dont les qualités leur apparaissent déjà très nombreuses. Et ils ne se sont pas trompés. Quatre ans plus tard, le fils Oldenbourgeois du très bon Don Juan de Hus (KWPN, Jazz x Krack C) et Davantage (Han, Don Frederico x Castro) présente un palmarès des plus remarquables. “Nicole a l’œil pour reconnaître les bons chevaux”, salue Jean-Marc Favereau. “De plus, nous connaissions bien sa mère, qui a été au travail dans nos écuries, ainsi que de deux de ses demi-frères et sœurs. Tous les trois étaient de très bons chevaux, ce qui nous a confortés dans notre choix d’acheter Deauville.”

Pour autant, le débourrage de ce jeune cheval au caractère émotif et parfois craintif s’est avéré quelque peu mouvementé. “Deauville est un peu sur l’œil. Il n’était pas rare qu’il ait peur d’un chandelier dans notre carrière ou d’un coin dans le manège. Cependant, cela n’a jamais dégénéré et il n’a jamais été méchant”, confie Jean-Marc Favereau. Aussi, l’alezan s’est très vite montré volontaire, sérieux et bon élève, incitant ses propriétaires à le présenter, deux ans plus tard, dans des épreuves du Cycle libre des chevaux de cinq ans. Cette saison s’est avérée calme et modérée, la volonté de Nicole et Jean-Marc Favereau étant de faire gentiment découvrir à Deauville l’univers de la compétition. “Une fois qu’il a confiance en son cavalier, il donne tout ce qu’il a de meilleur”, note Jean-Marc. 

En 2019, le hongre révèle son potentiel au monde entier. Après une quatrième place dans le championnat de France des six ans à Saumur avec Marine Subileau, la fille de Nicole, le couple est invité à Equita Lyon par la Société hippique française afin de participer à une session de travail en public encadrée par l’impératrice allemande Isabell Werth. “Ce fut une révélation. Deauville a été très remarqué et a fait sensation, notamment du fait de ses trois excellentes allures. Il est rare qu’un si jeune cheval présente d’aussi belles allures. Tout le monde se demandait d’où sortait cet animal exceptionnel”, raconte Jean-Marc Favereau. C’est ainsi que débute l’ascension fulgurante de Deauville de Hus. 

Revivez cette saison de travail organisée à Lyon



Une saison 2020 d’exception

En 2020, Jean-Marc Favereau reprend les rênes du jeune hongre afin de débuter les épreuves dédiées aux chevaux de sept ans. “Connaissant toutes les qualités et le potentiel de Deauville, nous nous sommes dit qu’il avait sûrement sa place et son mot à dire aux championnats du monde de Verden. Nous avons donc choisi de le préparer à cet objectif et de la qualifier”, explique le cavalier. Et leur intuition s’est avérée bonne. Sur onze épreuves disputées, l’alezan en gagne pas moins de huit. Il se démarque notamment lors du CDI de Segovia en Espagne, où il glane deux victoires. “À partir de ce moment-là, Deauville a encore plus fait parler de lui. Deux Marseillaise, ce n’est pas rien quand même!”, raconte Jean-Marc Favereau, très enthousiaste. 

Deux mois plus tard, dimanche dernier, le fils de Don Juan de Hus est sacré champion de France au Pôle Européen du cheval d’Yvré-l’Évêque, près du Mans, avec une moyenne générale de 74,328%. Une victoire presque prévisible compte tenu des très bons résultats qu’a obtenus le couple tout au long de la saison, mais qui a bel et bien surpris les membres de l’écurie Favereau. “Nous ne connaissions pas vraiment la concurrence, à l’exception des chevaux de Morgan Barbançon-Mestre (For Fable de Malleret, Old, For Romance x For Compliment) et Charlotte Chalvignac (Irano da Estribeira, Lus, Rubi AR x Hostil JGB, ndlr), qui sont, en plus, de très bonnes cavalières. Bien que Deauville en ait le potentiel, nous ne pensions donc pas remporter le titre, espérant plutôt une belle deuxième place”, confie le cavalier, qui a finalement devancé Antoine Nowakowski, en argent avec Quatergirl (Han, Quaterback x De Niro), et Charlotte Chalvignac, en bronze sur Irano da Estribeira. Et finalement, fort de sa victoire, le couple a décroché son ticket pour les Mondiaux Jeunes Chevaux, reprogrammés du 9 au 13 décembre à Verden, en Allemagne.

S’il reste, selon Jean-Marc, encore un peu de travail pour améliorer le rebond du trot de son protégé en vue de cette échéance, l’année 2020 a déjà fourni la preuve que les écuries Favereau ne se sont pas trompées quant à cet extraordinaire cheval, qui a tout pour continuer à faire parler de lui.

À Yvré-l’Évêque, Jean-Marc et Deauville ont devancé Antoine Nowakowski et Quatergirl ainsi que Charlotte Chalvignac et Irano da Estribeira. © Les Garennes