Kent Farrington et sa Gazelle règnent sur la Coupe du monde de Lexington

Comme le week-end passé, la Coupe du monde Longines bat son plein. En plus de l’étape de la ligue d’Europe de l’Ouest, qui se tient cette semaine à Vérone, en Italie, le continent Nord-Américain a également accueilli un Grand Prix. Et qui de mieux que Kent Farrington pour ravir la victoire sur ses terres ? Associée à la formidable Gazelle, sacrée dans le mythique temple d’Aix-la-Chapelle en 2019, l’Américain a une nouvelle fois fait parler sa science, signant l’unique double sans-faute de la soirée ! Il a devancé son compatriote McLain Ward ainsi que le très en forme représentant israélien, Daniel Bluman.



Pour la 202ème fois de sa carrière, Kent Farrington a défilé en tête du tour d'honneur.

Pour la 202ème fois de sa carrière, Kent Farrington a défilé en tête du tour d'honneur.

© FEI/Andrea Evans

Il s’agissait sans doute de l’un des événements les plus attendus par les compétiteurs installés outre-Atlantique. Réunissant quelques-uns des meilleurs athlètes mondiaux de saut d’obstacles, le Grand Prix CSI 4*-W à 1,60m de Lexington, disputé à l’Alltech Arena du Kentucky Horse Park samedi 6 novembre, a sacré l’Américain Kent Farrington, qui s’est offert par la même occasion vingt points supplémentaires au classement général du circuit de la Coupe du monde Longines d’Amérique du Nord. 

J'ai un cheval très expérimenté, [Gazelle]. Elle a été extraordinaire pour moi et ma carrière. Robin Parsky m'a beaucoup soutenu dans la gestion de cette jument et c'est en partie ce qui lui permet de durer si longtemps ; le fait de pouvoir la faire monter et la faire descendre de niveau. Aujourd'hui, c'est une excellente façon de se préparer pour d'autres événements. Au premier tour, elle était hyper respectueuse, donc il a fallu faire preuve de tact. J'ai pensé que le barrage était une bonne occasion de la laisser se calmer et de partir en croisière, et cela m'a réussi pour la victoire”, s’est réjoui l’heureux lauréat. “C'est formidable de revenir à la normale. J'ai grandi en tant que cavalier Junior en regardant toujours ce concours. Même lorsque j'y participais, je restais pour regarder le Grand Prix et l'échauffement des cavaliers de haut niveau et j'essayais d'apprendre et d'acquérir des connaissances grâce à ce qu'ils faisaient. Cette étape a toujours fait partie de mon calendrier. J'aime soutenir les meilleurs événements en Amérique, alors je tire mon chapeau à l'équipe ici d’avoir continué malgré les temps difficiles et avoir trouvé un moyen de maintenir un grand événement, qui fera toujours partie de mon programme.



Unique double sans-faute !

Connu pour ses aptitudes à aller vite, voire extrêmement vite, Kent Farrington a su calmer ses ardeurs. Qualifié aux côtés de huit autres couples, l’Américain a été le seul à signer deux parcours parfaits, hier soir, à Lexington ! Le pilote a pu profiter de l’ordre de départ pour affiner sa stratégie. “Je n'avais qu'un seul cavalier après moi et j'ai pensé qu'un parcours sans-faute et sans accroc était un bon choix”, a-t-il confié en conférence de presse. Un choix payant, qui lui a permis de garder son score vierge et un temps de 35”96. “Je pense que le barrage s'est bien déroulé. C'était une perspective différente parce qu'il n'y avait pas de tour sans-faute. Quand Kent [Farrington] est entré, on pouvait sentir la foule qui attendait un parcours parfait et c'est devenu excitant d'une manière différente. Nous n’avons pas vu un cavalier plus rapide après l'autre, mais avons attendu un sans-faute solide, avant d’attendre le dénouement avec le passage du dernier cavalier”, a ajouté Bernardo Costa Cabral, le chef de piste du jour.  

Si les succès ne manquent pas au palmarès du talentueux cavalier, il s’agit assurément d’une victoire de choix supplémentaire. Déjà célébré dans le temple sacré d’Aix-la-Chapelle, à l’occasion du mythique Grand Prix CSIO 5* en 2019 avec sa même Gazelle, désormais âgée de quinze ans mais toujours étincelante, Kent Farrington compte plus de deux-cents victoires internationales ! Septième mondial, l’athlète s’était imposé, il y a à peine quelques jours, dans le tout nouveau Grand Prix 5* de White Sulfur Spring, en compagnie d’une autre monture. 

Grâce à son chronomètre supersonique malgré une faute, McLain Ward a pu s’octroyer le deuxième rang du classement final avec son excellent Contagious, médaillé d’argent aux derniers Jeux olympiques de Tokyo avec le Stars and Stripes. En grandissant, le National Horse Show était à New York et c'était près de chez moi et je me souviens très bien que mon père a gagné le Grand Prix en 1982, donc c'était toujours un événement très important à viser. Malheureusement, je suis maintenant assis ici et je pense aux quatre fois où j'ai été deuxième !”, a confié l’États-Unien. “C'est une grande compétition et elle a fixé un niveau très élevé au fil des ans. Ces deux dernières années, je lève mon chapeau au National Horse Show qui a su aller de l'avant. L'année dernière a vraiment été un triomphe. Je suis d'accord avec Bill [Weeks] pour dire qu'avec le retour à la vie normale, nous devons continuer à organiser ces grands événements. Nous sommes tous les trois (avec Kent Farrington et Daniel Bluman, ndlr) très privilégiés et chanceux de pouvoir voyager dans le monde entier pour assister aux meilleurs événements et championnats, mais si nous abandonnons les événements qui sont spéciaux sur notre propre sol, la qualité en souffrira. C'est très important pour nous trois et, à mesure que nous avançons dans notre carrière, nous nous efforçons tous les trois d'apporter notre soutien et de participer à des événements de niveau mondial.

McLain Ward a manqué de remporter sa sixième victoire à Lexington.

McLain Ward a manqué de remporter sa sixième victoire à Lexington.

© FEI/Andrea Evans



Tiffany Foster garde la tête du général

Daniel Bluman a retrouvé son Ladriano Z en pleine forme pour son plus grand bonheur !

Daniel Bluman a retrouvé son Ladriano Z en pleine forme pour son plus grand bonheur !

© FEI/Andrea Evans

En bonne forme ces derniers temps, et classé dans plusieurs belles épreuves dont deux Grands Prix 4* et un 5*, l’Israélien Daniel Bluman a complété le trio de tête avec Ladriano Z, treize ans et deux championnats à son actif. “Ladriano Z est un cheval très spécial pour tous les membres de notre équipe. Il est difficile de décrire ce qu'il représente pour moi, mais il a très bien sauté depuis qu'il est revenu [de sa blessure]. En toute honnêteté, nous n'étions pas sûrs qu'il allait revenir, alors je suis très heureux qu'il se sente bien. C'est son premier grand prix depuis quatorze mois et il s'est senti bien. Dans l’épreuve d’ouverture de jeudi, mon plan était juste de l'entraîner pour qu'il soit prêt pour ce soir et il a vraiment, vraiment bien sauté au premier tour. J'ai trouvé que cela semblait facile pour lui et il était aussi bon qu'il ne l'a jamais été, ce qui était excitant”, s’est satisfait le cavalier. “Dans le barrage, nous avions un groupe de cavaliers très forts et cela devait être un barrage très cool. Il est toujours agréable d'y participer. Malheureusement, nous n'avons pas remporté la victoire, qu’il mérite selon moi, mais je suis quand même très heureux. J'ai à ma droite deux des meilleurs cavaliers du monde, alors je dois être très heureux d'être assis ici.

Victorieuse la semaine passée à Tryon, la Canadienne Tiffany Foster a engrangé de nouveaux précieux points au classement général. Quatrième avec le tout bon Figor, l’amazone conserve la tête du général avec quarante-deux points, qui devraient lui offrir aisément un ticket pour la finale de Leipzig, prévue en avril. Derrière elle, l’Irlandais Conor Swail, qui n’a pris part qu’aux deux premières étapes du circuit, a trente-sept points, contre trente-deux pour Kent Farrington, troisième.

Les résultats complets ici.
Le classement général de la ligue d'Amérique du Nord ici.